Heger Association d'Avocats

La loi du 5 février 2016 a introduit dans notre procédure pénale un nouveau mode d’extinction de l’action publique. Il s’agit de la reconnaissance préalable de culpabilité qui fera l’objet de l’article 216 du Code d’instruction criminelle. Le but de cette disposition est d’alléger la charge de travail du tribunal correctionnel en proposant un mode simplifié de règlement d’un dossier. Il donne en outre un outil supplémentaire au ministère public dans la mise en place de sa politique criminelle.

Principe

Le principe est relativement simple : le prévenu reconnaît sa culpabilité quant aux faits reprochés et il passe un accord avec le ministère public quant au taux de la peine. Cet accord sera ensuite soumis pour homologation au tribunal compétent (tribunal correctionnel ou de police).

Cette procédure vise les faits passibles d’un emprisonnement inférieur à cinq ans à l’exclusion de certaines préventions (cf. Note 1). Elle a lieu sur proposition du parquet ou à la demande du prévenu, mais seul le ministère public peut décider de la mettre en application.

Cette procédure peut également être mise en œuvre, d'une part, alors que le prévenu a fait l’objet d’une citation au fond à condition qu’aucune décision définitive n’ait été rendue au pénal, en ce compris le degré d’appel et, d'autre part, après l’ordonnance de renvoi devant le juge du fond de la chambre du conseil à la clôture d’une instruction pénale.

Concrètement, le ministère public invite le prévenu et son avocat à une première réunion au cours de laquelle il précise les faits qui feront l’objet de la déclaration et propose une peine. Il peut dans ce cas proposer au prévenu une peine inférieure à celle qu’il entendait requérir ou l’assortir d’un sursis, d’un sursis probatoire, voire de la suspension. Le prévenu a le droit de se faire assister par un avocat et de prendre connaissance des éléments du dossier afin d’être en mesure de prendre sa décision. Il dispose d’un délai de réflexion de dix jours au terme duquel il est reconvoqué pour signer le cas échéant la convention.

Convention

La convention est ensuite soumise au juge du fond qui vérifie si les conditions légales ont été respectées, si les faits sont correctement décrits et qualifiés et si la peine lui paraît proportionnée. Il peut, le cas échéant, refuser d’homologuer la convention. Dans ce cas, le ministère public poursuivra le dossier devant un tribunal autrement composé, l’ensemble des pièces relatives à la procédure de reconnaissance resteront confidentielles et ne feront pas partie du dossier de procédure ni ne pourront être utilisées contre le prévenu dans une autre procédure. Si le tribunal homologue la convention, son jugement n’est pas susceptible de recours.

La convention devra également statuer sur les frais de justice à charge du prévenu et, le cas échéant, sur les confiscations. Par contre, contrairement à la transaction, l’indemnisation des victimes n’est pas une condition préalable nécessaire. Celles-ci seront convoquées à l’audience du fond et pourront se constituer partie civile et réclamer le dédommagement de leur préjudice. La reconnaissance de culpabilité que contient la convention leur facilitera cependant la tâche.

 

Par Nathalie Hautenne, le 30 mai 2016

Substitut à l'auditorat du travail de Namur et Dinant 

Source : DroitBelge.be


Contact

HEGER Association d'Avocats

Le cabinet est situé à moins de 100m du Palais de Justice

Rue de Bruxelles, 57
5000 Namur

Tél : +32 (0) 81 23 08 13
Fax : +32 (0) 81 22 28 13

Mail : Cliquez ici pour nous contacter par email 
Web : www.avocatsheger.be 

Namur // Liège // Charleroi // Bruxelles // Jambes // Andenne // Huy // Dinant // Wavre // Nivelles // Floreffe // Fosses-la-Ville // Gembloux

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.