Heger Association d'Avocats

Depuis l’entrée en vigueur du Code judiciaire, le rôle du juge en cas de défaut fait l’objet d’une controverse.

La conception « minimaliste » lui interdisait de soulever d’office des arguments pour rejeter la demande de la partie présente. La conception « maximaliste » estimait au contraire que ce juge peut relever toute irrégularité entachant cette demande.

Afin de clore le débat, la loi Pot-pourri I a inséré dans le Code judiciaire un nouvel article 806, qui dispose qu’en cas de défaut, « le juge fait droit aux demandes ou moyens de défense de la partie comparante, sauf dans la mesure où la procédure, ces demandes ou moyens sont contraires à l’ordre public » (cf. Note 1). Il s’agit donc là d’une conception minimaliste modérée, autorisant le juge à ne relever que les contrariétés à l’ordre public.

La thèse maximaliste avait cependant ses défenseurs. Lors des débats parlementaires, le ministre de la Justice s’est cru obligé de préciser le sens du texte légal proposé, mais en faisant des déclarations contradictoires (cf. Note 2).

Par un arrêt du 13 décembre 2016 (cf. Note 3), la Cour de cassation clarifie la situation en revenant au prescrit légal : ne peut être rejetée que la demande contraire à l’ordre public. La Cour rappelle que cette notion recouvre les intérêts essentiels de l’État ou de la Communauté, ou les principes juridiques sur lesquels est fondé l’ordre économique ou moral.

À titre d’exemple, elle cite le cas d’une demande ou d’une défense manifestement non fondée, à rejeter même par défaut.

 

Par Gauthier Mary Juge au Tribunal du travail de Bruxelles

Source : http://www.droitbelge.be/news_detail.asp?id=897


Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.